Parler en public

-> Mettez du théâtre dans votre vie

Parler devant un public n’est jamais évident. Quand on en n’a pas la pratique, c’est quelque chose qu’on appréhende. On se sent trop timide, pas prêt. On a peur d’être paralysé, de dire des conn bêtises. Et puis on a tous quelques exemples en tête de personnes qui ont l’air tellement à l’aise (« et moi, je me sens incapable de faire comme elle/lui »).

La bonne nouvelle, c’est que grâce au théâtre, on peut choper quelques trucs qui permettront de trouver plus d’aisance.

Déjà, tout simplement : faites du théâtre ! Vous prendrez l’habitude pendant les répétitions, les représentations d’être devant les autres. Rien de tel pour lever quelques barrières dans la tête.

Bon OK Paco. Mais moi je ne fais pas de théâtre. Qu’est-ce que tu peux me proposer ?

Je ne m’attacherai pas au fond : ce que vous allez dire (structure, écriture, supports). Ce n’est pas que ce ne soit pas important (au contraire!). C’est seulement que ce n’est pas vraiment le propos de ce blog.

Regardons la forme. Comment être plus à l’aise ? Comment mieux passer auprès d’un public ? Les situations peuvent être très différentes : présentation dans une réunion, conférence, passage devant un jury… Les principes seront les mêmes.

Comment préparer cette prise de parole ?

Quand vous allez intervenir devant un public, imaginez-vous que c’est un personnage qui va parler. Ce n’est vous. Enfin, pas votre « vous » de tous les jours. Et ce personnage, prenez le temps de l’imaginer.
Chez-vous ou en tout cas dans un endroit où vous pouvez être tranquille et assez détendu, installez-vous, les yeux fermés. Ça peut être à une table, la tête sur les bras croisés.

Rêver-le, visualisez-le. Quelle est sa démarche ? Sa voix ? Son rythme (il est speed ou très posé) ? Essayez de le voir évoluer, comme s’il était dans un film ou dans un rêve. Donnez-lui un nom.
Et puis rêvez, visualisez que vous êtes ce personnage, que vous voyez par ses yeux, que vous ressentez ses émotions. Imaginez-le sortir de la pièce où vous êtes et arriver à l’endroit et au moment où vous allez prendre la parole en public. L’ensemble de cet exercice ne doit pas être très long (5 à 10 minutes).
Ce qui est important c’est que vous lui donniez un nom et que de temps à autre, à un feu rouge, dans une file d’attente, dans le train, en marchant… pendant quelques secondes que vous vous rappeliez de votre personnage et le fassiez vivre dans votre situation de l’instant.
Et bien sûr, au moment de la prise de parole, vous le convoquez pour que ce soit lui qui « commence » les premières minutes de l’intervention.

dictateur de chaplin

Bon, ensuite, pas de secret, ni de formules magiques. Il faut du travail. Et… il faut répéter. Il faut s’habituer à sa voix, à parler fort, il faut maîtriser le fond, ce que vous allez dire. Vous n’aurez pas forcément moins peur avant de commencer. Vous serez surtout beaucoup plus efficace pendant l’intervention.

Les répétitions sont l’occasion de caler quelques principes concernant le corps, la voix, la respiration.
En gros :
vous ne parlez jamais assez fort (à moins d’avoir un micro!) ;
vous ne respirez jamais assez. En situation de stress, on a tendance à bloquer sa respiration. Prenez le temps de respirer (et surtout d’inspirer). Évitez l’apnée. Ça évitera que votre voix ne se bloque au fond de la gorge, et ça… détend.
vous ne regardez jamais assez votre public. A droite, à gauche, au fond, devant, regardez les gens qui vous écoutent. Fondamental. Si vous avez un texte pour votre intervention orale, vous pouvez vous mettre des repères pour les moments où regarder les gens (et si vous ne voyez pas de sourires, c’est que les gens sont concentrés et vous écoutent : bon signe!).
vous bougez toujours trop. Je m’explique. Une des grandes tendances face à un public est de marcher de long en large ou de piétiner sur place. C’est une erreur que font même des conférenciers reconnus. Cela disperse l’énergie, la vôtre et celle du public, et aussi celle de votre propos. Préférez rester sur place (surtout si vous êtes assis!) Vous pouvez bien sûr vous déplacer et marcher, mais il faut que ce soit assumé et pas inconscient. Attention aux mains aussi et à leurs petits mouvements parasites. Si vous avez besoin de les bouger en parlant, bougez-les vraiment.

Concentrez-vous sur ces quelques principes simples quand vous répétez votre intervention.

L’intérêt des répétitions est notamment de préparer votre cerveau. D’une part il ne fait pas la différence entre une situation réelle et une situation de répétition, et puis vous vous préparez des automatismes inconscients qui seront très utiles le jour J.

Si vous disposez de quelques minutes avant votre prise de parole, voici quelques idées pour s’échauffer (et qui réduisent le trac).
1_ Assis, allongé ou debout. Fermez les yeux et prenez 3 ou 4 minutes pour vous centrer sur votre respiration. Progressivement allongez les temps d’inspiration. Imaginez, visualisez, l’air qui circule dans votre torse.
2_ Bailler. Grand. Large. Plusieurs fois. En s’étirant. Cela relaxe le corps et a tendance à bien placer la voix. Ça commence aussi à faire monter l’énergie.
3_ Debout, jambes légèrement écartées, yeux fermés. Imaginez vos pieds bien plantés dans le sol. Depuis les pieds remontez dans les cuisses, thorax, épaules, cou et sentez s’il y a des tensions musculaires. Essayez de les relâcher. Ouvrez bien le plexus. Bien ancrés dans le sol ainsi, épaules détendues, essayez de ressentir un sentiment de puissance.
Repensez à votre personnage.

Ca y est vous êtes prêts à cartonner !  😆 Surtout prenez votre prise de parole en public comme un jeu. Cherchez l’amusement. Et profitez de toutes les occasions pour parler en public. Il faut faire. Faire. Faire.

1
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Pierre
Invité
Pierre

De bonnes astuces !