Yllis

Fumier ? Vous avez dit fumier ?

Je suis sur Facebook le d√©veloppement des fermes d’Azur sur leur nouveau marais, en utilisant la French Method. J’y ai lu que se rejoue la querelle des anciens contre les modernes.

Un mara√ģcher en permaculture reproche √† Christian Carnavalet (le gourou des marais) d’√™tre rest√© bloqu√© au XIX¬į si√®cle, copiant les mara√ģchers de l’√©poque, sans tenir compte des apports ult√©rieurs de l’agro√©cologie. Il reproche √©galement un apport trop massif en fumier.

Loin de se laisser d√©monter, Christian lui a r√©pondu courtoisement point par point. Il d√©fend l’usage intensif du fumier : “Les mati√®res organiques sont n√©cessaire en grosses quantit√©s pour nourrir la microfaune et am√©liorer la structure du sol, apporter les min√©raux indispensables aux cultures, permettre la protection phytosanitaire par les symbioses bact√©riennes et fongiques‚Ķ" Et (pas peu fier !), il ajoute “Depuis deux ans, l‚ÄôInstitut Moreau-Daverne¬ģ enseigne la m√©thode traditionnelle de mara√ģchage fran√ßaise qui semble, au vu des r√©sultats obtenus avec des n√©ophytes, sup√©rieure √† celles invent√©es par des gens qui s‚Äôen inspirent‚Ķ"

Et chose int√©ressante, il a engag√© une d√©marche d’analyse des sols avec un laboratoire. Ceci afin de v√©rifier l’impact de l’apport important de fumier animal en terme de teneur en azote.

En espérant que les résultats de ces études des sols permettront de faire bouger les lignes !

Inscrivez-vous pour être informé.e des nouveaux articles.